Asie Voyage

En Chine, Barack Obama défend Twitter pour la liberté d’expression

69119_twitter-obamaLes sites de socialisation tels que Twitter sont un vecteur de liberté d’expression. C’est du moins ce que le président américain Barack Obama a expliqué au premier jour de sa visite en Chine, un pays qui bloque l’accès de ce site Internet de microblogs. « Je n’ai jamais utilisé Twitter », a reconnu Obama, lors d’une rencontre avec des étudiants de Shanghai, retransmise sur Internet… mais pas en direct à la télévision chinoise. « Je remarque que beaucoup de jeunes sont très occupés avec tous ces (instruments) électroniques. Mes pouces sont trop maladroits pour taper des choses sur le téléphone », a ajouté le chef de l’État, qui est équipé d’un téléphone intelligent sécurisé.

« J’ai toujours été un partisan fervent de l’Internet. Je suis un partisan farouche de l’absence de censure », a-t-il expliqué, répondant à une question d’un internaute, mentionnant la « Grande Muraille de l’Internet » chinois, système de filtrage de la Toile mis en place par les autorités chinoises avec l’aide des entreprises occidentales. Twitter, tout comme le site de socialisation Facebook, a été bloqué par les autorités chinoises depuis les émeutes meurtrières du Xinjiang musulman, en juillet dernier. Ces sites permettaient aux opposants de poster des photos et des vidéos, tout en tenant le monde informé des événements avec des versions des faits très différentes de celles de la police et de l’armée chinoises.

« Je pense que plus les flux d’information sont libres, plus une société se fortifie », a plaidé le président américain, dont l’administration soutient ouvertement les sites tels que Twitter. Lors des manifestations qui ont suivi l’élection présidentielle controversée en Iran, en juin 2009, l’administration américaine avait demandé à Twitter de repousser une opération de maintenance . Elle craignait en effet de couper l’accès au site aux partisans de l’opposition, alors qu’il s’agissait de l’un de leurs seuls moyens de communication.

Si Obama n’a jamais utilisé Twitter, il a cependant un profil sur ce réseau , alimenté par son entourage, avec des éléments de son agenda et de ses discours. Comme pour de nombreuses personnalités politiques, ce sont ses conseillers qui alimentent le flux. La dernière entrée, datée de samedi 14 novembre, annonce : « À Singapour, poursuite du voyage en Asie ».

source: lepoint.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *