Asie Voyage

4 Webdocs inédits de France 5 sur la Chine

Arte et France 5 proposent des documentaires conçus pour le Web, ils découpés en chapitres, visionnables à la demande et interactifs ( possibilité de déposer des commentaires ).
Arte propose un long voyage en Afrique cinquante ans après le début de la décolonisation et s’intéresse aux relations entre Cuba et les Etats-Unis.
Alors que France 5, qui nous intéresse ici, lance une collection de 24 web-docs sur 6 enjeux du siècle dont la première vague et celle de l’essor de la Chine, les migrations, et l’écologie avec 4 Webdocs inédits et en exclusivité sur le Web :

La Chine à la conquête de l’Afrique
Résumé: Pékin a lancé ses entreprises et ses aventuriers à la conquête de l’Afrique afin de soulager sa soif de pétrole et sa faim de cuivre, d’uranium, de bois et de matière premières en tout genre. Sur le continent noir, les Chinois piétinent les plates-bandes et les intérêts occidentaux. En huit ans, les échanges entre la Chine et l’Afrique sont passés de 10 à 100 milliards de dollars. Pékin a ainsi pris la place de Paris comme second partenaire du continent, derrière les Américains.

Les travailleurs migrants en Chine

Résumé : Mingong : Min pour paysan, gong pour ouvrier. En Chine, c’est ainsi qu’on appelle les travailleurs migrants. Depuis les années 90, l’inégalité croissante des revenus entre villes et campagnes a poussé des millions de paysans à l’exode rural pour trouver du travail et gagner leur vie.

Une catastrophe écologique planétaire

Les déserts occupent 18% du territoire chinois : 78% sont naturels, 22% sont le fait de l’activité humaine. Presque tous longent le parcours du train K43-T69 qui traverse la Chine d’Ouest en Est, de Pékin à Kashgar en passant par la Mongolie intérieure, le Ningxia, le Gansu et enfin le Xinjiang.
C’est en empruntant ce « Train de la désertification » que Patrick Alleyn, journaliste et Benoit Aquin, photographe nous font découvrir l’une des plus grande catastrophe écologique mondiale.

Concubines :
Résumé: Autrefois en Chine, épouses et concubines vivaient sous le même toit, aux yeux et au su de tous. La pratique était encadrée juridiquement. En 1949, elle est interdite par Mao Zedong qui y voit un reliquat de « féodalisme». Elle ne ressurgit dans sa version moderne qu’à partir des années 90 avec l’ouverture économique, dans les valises de Taïwanais et de Hongkongais en voyage d’affaires en Chine continentale. Aujourd’hui, la concubine est devenue un signe extérieur de richesse, exhibée lors des soirées d’affaires. L’échange est simple : des cadeaux contre des relations sexuelles exclusives et sur la durée. C’est ce qui différencie une concubine d’une maîtresse, qui n’attend pas de « rémunération ».

Pour voir l’ensemble des documentaires c’est par ici : Webdocs France 5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *