Asie Voyage

Les acteurs du tourisme en Asie exigent de meilleures pratiques d’écotourisme

ecotourisme elephant asieTout en conciliant le développement économique et alors que la durabilité environnementale continue d’être un défi, les acteurs du tourisme doivent tracer la voie à suivre pour l’écotourisme dans le Sud-Est asiatique, un thème saillant qui a été soulevée lors de la Conférence du tourisme de l’ASEAN (ATC) à l’ATF 2013.

« Nous devons prendre soin de la poule aux œufs d’or », a déclaré Victor Wee, le président de Tourism Malaysia, sur le développement durable et l’écotourisme. « L’écotourisme est une voie à double sens – il requiert la participation responsable, consciente et engagée de toutes les parties. »

Les voyagistes doivent adopter une attitude proactive, a exhorté Umberto Cadamuro, le directeur des opérations commerciales de Pacto Indonesia. « L’essentiel est de garder à l’esprit la durabilité lors de l’élaboration des produits. Nous recommandons des activités de responsabilité sociale des entreprises dans le Sud-Est asiatique. Il est de la responsabilité des sociétés de gestion de destination de suggérer cela à leurs clients.  »

Jimmy Sim, le directeur du développement commercial de Dorison Travel Singapore, confirme: «Le tourisme durable bénéficie d’une plus grande visibilité dans le monde occidental, mais il est toujours quelque chose de très nouveau dans cette région d’Asie. »

ecotourisme asie« Les hôtels sont le maillon le plus polluant dans le domaine du tourisme. Il y a beaucoup de possibilités, mais c’est très frustrant de voir que de nombreux propriétaires d’hôtel sont à la recherche de dollars et de cents », a déclaré Anthony Wong, le directeur général du groupe Asian Overland Services Tours & Travel Malaysia et Frangipani Hotels & Resorts.

« Les directeurs généraux sont souvent nommés pour deux ans ou plus, par conséquent, il incombe aux propriétaires de définir à la vision et aux objectifs de leurs propriétés. »

Depuis l’adoption de pratiques écologiques telles que la récolte des eaux de pluie, le compostage et la mise en place d’une zone humide à Langkawi, les coûts d’exploitation de la station ont diminué de 20 pour cent, a révélé Anthony Wong.

Le tourisme communautaire peut être exploité pour améliorer le bien-être de la communauté locale, tout en engrangeant des revenus touristiques. Par exemple, la fondation PATA s’est associée à l’Université de Capilano au Canada pour lancer des programmes chez l’habitant à Sapa au Vietnam, selon le président du conseil d’administration, Mario Hardy.

De meilleures politiques et réglementations devraient être élaborées, alors que les produits écotouristiques sont généralement sous-évalués dans la région, entraînant des visites élevés et la dégradation de l’environnement, a ajouté Victor Wee.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *