Asie Voyage

Le parc archéologique d’Angkor, magnifiques vestiges de plusieurs capitales de l’empire khmer

Le parc archéologique d’Angkor, situé au nord du Cambodge, est l’un des sites archéologiques les plus importants d’Asie du Sud-Est.

S’étendant sur quelque 400 kilomètres carrés, y compris la zone boisée, le parc archéologique d’Angkor renferme les magnifiques vestiges de plusieurs capitales de l’empire khmer du IXe au XVe siècle, y compris la plus grande ville préindustrielle du monde. Les plus célèbres sont le temple d’Angkor Wat et, à Angkor Thom, le temple du Bayon avec ses innombrables décorations sculpturales.

Le parc archéologique d’Angkor a été déclaré site du patrimoine mondial de l’UNESCO en 1992. Dans le même temps, il a également été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril en raison du pillage, d’une nappe phréatique en déclin et d’un tourisme insoutenable. L’UNESCO a maintenant mis en place un vaste programme pour sauvegarder ce site symbolique et ses environs.

Angkor elle-même n’a aucun logement et peu d’équipements, la ville voisine de Siem Reap, à seulement 6 km au sud, est le centre touristique de la région.

Les temples d’Angkor sont des structures hautement symboliques. Le premier concept hindou est le temple-montagne, où le temple est construit comme une représentation du mythique mont Meru: c’est pourquoi tant de temples, y compris Angkor Wat lui-même, sont entourés de douves, construits dans une forme pyramidale de montagne et surmonté de cinq tours précisément, représentant les cinq sommets du mont Meru. Le linga, représentant le dieu Shiva, était également critique et bien que les lingas eux-mêmes aient largement disparu, des lingas (des blocs de pierre sculptés comme des tables) peuvent être trouvés dans la plupart, sinon la plupart, des temples. Il y avait aussi un élément politique: la plupart des rois voulaient construire leurs propres temples pour symboliser leur royaume et leur domination.



Alors que les premiers temples d’Angkor furent construits en tant que temples hindous, Jayavarman VII se convertit au bouddhisme Mahayana c. 1200 et a entrepris une frénésie de construction prodigieuse, la construction de la nouvelle capitale d’Angkor Thom, y compris Bayon, Ta Prohm, Preah Khan et beaucoup plus comme structures bouddhistes. Cependant, son successeur Jayavarman VIII est retourné à l’hindouisme et a entrepris une frénésie de destruction tout aussi massive, en défigurant systématiquement les images bouddhistes et en modifiant même grossièrement certains d’être à nouveau hindou. L’hindouisme finit par disparaître de nouveau au bouddhisme, mais les (rares) images de Bouddha dans les temples aujourd’hui sont des ajouts ultérieurs de Theraveda.

Un élément qui continue de mystifier les archéologues est le baray, ou réservoir d’eau, construit à grande échelle autour d’Angkor: par exemple, le West Baray est un gigantesque 8 km sur 2,3 km. Alors qu’on a longtemps supposé qu’ils étaient utilisés pour l’irrigation, certains historiens soutiennent que leur fonction principale était politique ou religieuse. Pas un seul point de vente n’a été trouvé, que ce soit à vue ou par imagerie NASA. Les fossés autour d’Angkor et du Baray occidental contiennent encore de l’eau, mais le reste s’est asséché.
Motifs

En parcourant les temples, vous verrez des figures mythiques et d’autres motifs surgir à plusieurs reprises.

Apsara : Nymphes célestes, toujours à poitrine nue et dansant habituellement, représentant un idéal de beauté féminine.

Kala : Visage monstrueux sans mâchoire inférieure, souvent trouvé sur les portes du temple, destiné à se prémunir contre le mal.

Naga : Serpent mythique à plusieurs têtes. Les Nagas les plus célèbres d’Angkor se trouvent sur les garde-corps de chaque entrée d’Angkor Thom.

Le Climat :

Angkor est chaud et humide tout au long de l’année, mais la saison des visiteurs est de novembre à février, quand le temps est sec et les températures les plus fraîches (25-30 ° C). Le revers est que les temples sont emballés, en particulier autour de Noël / Nouvel An, et les taux d’hôtel sont à leur plus haut. Mars à mai est brutalement chaud, avec des températures atteignant 40 ° C. Juin à octobre est la saison des pluies, et les temples périphériques et les routes qui y mènent peuvent se transformer en bourbiers. Cependant, c’est aussi quand les temples sont à leur plus silencieux, et il est encore souvent possible de faire une bonne demi-journée de visites avant que les pluies commencent dans l’après-midi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *