Asie Voyage

Selon les Philippines, la planification est la clé de l’éco-tourisme

L’Eco-tourisme peut apporter beaucoup plus de touristes et améliorer la qualité de vie des communautés rurales, mais elle doit être planifiée et gérée pour éviter de perturber les cultures locales et nuire à l’environnement, selon ntonio D. Kalaw, Jr., président de l’Académie du développement des Philippines (DAP).

Kalaw a exhorté les planificateurs de tourisme de 15 pays asiatiques participant à une formation parrainée par l’Organisation asiatique de productivité (APO) d’impliquer les différents acteurs locaux dans la formulation de stratégies de développement pour l’éco-tourisme et en créant des produits éco-tourisme dans leur pays.

«Le tourisme ou le tourisme vert en particulier, pourrait aider à stimuler le développement économique local grâce à un partenariat des intervenants stratégiques, y compris les administrations locales, les entités privées et organisations de la société civile », a déclaré le président de la DAP.

Kalaw a communiqué son point de vue devant les 24 participants venant de 17 pays membres à une formation intensive de deux semaines de cours sur la planification et la gestion de l’éco-tourisme parrainé par l’APO.

Kalaw a également indiqué que le développement durable du tourisme propose une approche alternative à diversifier la base économique des communautés locales étant donné les bonnes infrastructures et un environnement favorable.

Aux Philippines, les nombreuses ressources touristiques du pays sont dans les zones rurales en raison de ses divers écosystèmes et de ses habitants uniques.

«Toutefois, cela est en permanence menacé par de nombreux facteurs comme les exigences de plus en plus nombreuses d’une population croissante, la pollution, la dégradation des ressources et la gestion non durable des ressources parmi d’autres pour lesquelles nous devons réagir », a déclaré Kalaw.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *